Les inquiétudes de la grossesse


Etre enceinte est une expérience magique et unique.

J'ai adoré être enceinte mais je me suis très vite rendue compte que la grossesse n'est pas uniquement joie et bonheur. La grossesse c'est aussi beaucoup d'inquiétudes.

Quand je suis tombée enceinte, j'ai tout de suite été super excitée. Chaque jour, je cherchais des signes pour me prouver que j'étais bel et bien enceinte...

Au début, rien... Je n'ai pas eu la moindre nausée. Je n'ai pas eu un odorat super développé, pas de dégouts ni envies alimentaires. Rien ne me montrait que j'étais enceinte.

Puis j'ai eu mon premier rendez-vous chez ma gynécologue et j'ai entendu son tout petit coeur battre. C'est à ce moment là que je me suis rendue compte que j'avais vraiment un bébé, mon bébé, dans mon ventre. Et là, ma première inquiétude est aussitôt arrivée: s'il-vous-plait que je ne fasse pas de fausse couche. Je ne veux pas le perdre, je l'ai tellement voulu, je l'aime déjà tellement.

La veille de l'échographie des 12 semaines, la grande échographie qui vérifie que ton bébé soit en bonne santé, je stressais comme une folle. J'étais littéralement une boule d'angoisse. Cette échographie s'est révélée parfaite. On a appris qu'on attendait un petit garçon et surtout, il était en bonne santé. 

Là, les angoisses se sont envolées. Mais seulement pour quelques semaines. Parce qu'à 18 semaines, j'ai commencé à sentir Noé bouger. C'était tellement magique. C'était mon moment préféré de la journée, je n'attendais que ça! Le problème c'est que quand il ne bougeait pas, je m'inquiétais. Je me disais qu'il avait peut-être un problème, qu'il ne respirait peut-être plus... 

Puis à la deuxième grosse échographie des 22 semaines, on nous a dit que Noé était en bonne santé, mince mais en bonne santé. Mince? Pourquoi mince? Ca veut dire quoi? Dois-je m'inquiéter? 

Je ne me savais pas si stressée, si inquiète, si négative. Ce n'est pas mon genre d'habitude. Je suis normalement quelqu'un de super enthousiaste, positive et même naïve. 

Je crois que les médecins ne se rendent pas compte, mais une femme qui est enceinte pour la première fois, analyse chaque mot et chaque expression du visage. 

A partir de cette deuxième grande échographie des 22 semaines, j'ai été inquiète jusqu'à la naissance. A chaque rendez-vous chez ma gynécologue, je lui demandais s’il grandissait bien, s’il grossissait bien, si les battements de son coeur étaient bons. 

Puis à 27 semaines, j'ai eu mal au ventre, Olivier était au bureau donc j'ai appelé ma petite soeur qui m'a emmenée à la clinique. On a fait un monitoring et les sages-femmes m'ont dit que j'avais des contractions. Ma gynécologue est arrivée et m'a dit que je devais être au repos total: «  tu dois couver comme une poule jusqu'à la naissance. »

Alors là, mon inquiétude s'est transformée en torrent de larmes. J'ai pleuré comme une folle.

La seule chose qui me faisait du bien c'est que Noé bougeait comme un fou. Je me disais qu'il allait bien du coup. 

A 32 semaines, pour la troisième et dernière grosse échographie, le docteur m'a dit que Noé n'était vraiment pas gros et qu'il voulait me revoir à 35 semaines. J'en ai donc encore profité pour pleurer toute la journée. Pourquoi veut-il vraiment me revoir? Ca veut dire qu'il est inquiet! Normalement il n'y a pas de quatrièmes grosses échographies. Noé ne va pas bien.

A 35 semaines, je le revois et il me dit que Noé n'est pas un gros bébé mais évolue de manière proportionnelle donc qu'il ne s'inquiète pas. Je ne dois plus être alitée, je peux profiter des 5 dernières semaines. J'étais tellement heureuse, je pouvais bouger ce qui veut dire que je pouvais faire la chambre de Noé qui était toujours en chantier.

A 37 semaines, j'ai une dernière échographie de contrôle avec ma gynécologue et elle me dit qu'il n'est vraiment pas assez gros donc que je dois de nouveau rester coucher parce que si je reste couchée, il grossira mieux. Je pleure encore et toujours. Elle m'organise un rendez-vous le lendemain avec une confrère pour une cinquième grosse écho. Heureusement sa confrère n'est pas du tout inquiète et me dit que tout ira très bien. Ouf.

Puis Noé est né, 51 cm et 3,075kg. Il est parfait et en bonne santé.

Ma grossesse m'a appris à lâcher prise, à croire en ma bonne étoile et surtout elle m'a montré que je ne pouvais pas tout contrôler. Et c'est justement ce qui est si difficile. Quand tu es couchée pendant trois longs mois dans ton lit, tu ne peux pas t'empêcher de te poser milles questions et de t'inquiéter. C'était la première fois de ma vie que je ne pouvais absolument rien contrôler. Je devais juste faire confiance en la vie. Alors si tu lis cet article, que tu es enceinte, super heureuse mais inquiète. Sache que c'est normal, on aime déjà tellement notre bébé qu'on a envie que tout se passe bien. Et quand tu auras ton parfait petit bébé dans tes bras, toute sera oublié et ça ne sera que du bonheur.

Si vous avez besoin de parler, venez me rendre visite à mon concept store à Ohain.

Gros bisous, 

Yseult

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


4 commentaires


  • Caroline

    Bonjour Yseult,
    Je suis tombée par hasard sur votre article, et je dois avouer qu’il me rassure un peu sur les nausées, car je n’en ai pas pour le moment, j’en suis au tout début à 7SA, mais quand je lis sur internet que les nausées sont le signe que le bébé est en bonne santé, ça me fait peur… Hâte d’entendre le coeur lors de la première echo…


  • Charlotte

    Trop chouette article! N’hésite pas à en oublier d’autres pour les futures mamans 😍


  • Maeva Basile

    Merci du fond du coeur pour cet article, depuis le début de ma grossesse je stresse comme une folle et pourtant à chaque écho mon petit bout montre qu’il grandit bien. je ne suis qu’au tout début donc il y’aura certainement d’autres moments d’angoisse mais je garde ton article sous le coude =)
    Encore merci =)


  • Wouters Alicia

    Magnifique texte Yseult! Tu es douée pour écrire!


Laissez un commentaire